Musique

Quelques modestes compositions musicales

*

LA CORDE

[Ecoutez le MP3][Ecoutez l’instrumental]

*
Un jour on se lâche
Un jour on se noue
Un jour on se gâche
On prend les jambes à son cou
Mais quand elle enlace
S’accroche à mon pouls
Maintenant mes voiles
Qui resserrent les liens
*
Et puis tout à coup…
*
Un nouvel Espace
On évite les trous
Fils ailés de Dédale
On (se) brûle par les deux bouts
De filandreuses étoiles
Tombent de partout
Sur nos cathédrales
Et ce qui les soutient
*
Donne-moi la main
*
Et avant l’aurore
De tout ce qu’on a fait
Il ne reste plus rien
*
Pour le pas perdre le fil
Et continuer encore
Il faut se hisser vers nos rêves
Tous les jours un peu plus fort
Si jamais de guerre lasse
Tiraillé par nos obsessions
Avant que l’on nous écrase
Faites une révolution !

MOLLY

[Ecoutez le MP3][Ecoutez l’instrumental]

Molly
Si tu savais toutes les routes
Que j’ai empruntées dans ma vie
A  porter mon sac à dos
Tous les drapeaux et les sémaphores
Me permettront-ils enfin, à l’avenir
De les emprunter encore ?
*
Molly
Si tu savais toutes les pages
Que j’ai pu tourner dans la vie
Pour rester un peu moins sage
Tous ces bateaux qui allaient si loin
Nous auraient emmenés en mer sans réfléchir
Et nous deux sans penser au lendemain
*
Molly
Si je savais toutes les heures
Que tu passais sur les chemins
A foncer à cent à l’heure
Tous les drapeaux et les sémaphores
T’auraient-ils aussi permis, à l’avenir
De les emprunter encore ?
De les emprunter encore ?

*

——————————————————————————————-

*

VERS LE SOLEIL

[Ecoutez le MP3]

Enfant
Quand je restais tout seul
J’attendais la liberté sur le seuil
Et chaque fois
Que je me sens pousser des ailes
Je me décide à franchir le pas
Je file tout droit vers le soleil

*

——————————————————————————————-

*

QUAMQUAM FESTINAS NON EST MORA LONGA

Rock en latin – Ensemble de phrases latines tirées (« au hasard ») des Odes de Horace
[Ecoutez le MP3]
*

O diua, gratum quae regis Antium,
Praesens uel imo tollere de gradu
Mortale corpus uel superbos
Uertere funeribus triumphos,
Te pauper ambit sollicita prece ruris colonus
Quamquam festinas, non est mora longa;
Licebit iniecto ter puluere curras.

O Déesse qui commandes  l’aimable Antium,
Tu peux relever un mortel du dernier abaissement
Ou changer en funérailles les triomphes superbes.
Le pauvre colon rustique t’assiège de sa prière inquiète
Bien que tu te hâtes, ton retard ne sera pas long,
Et tu pourras partir, après avoir jeté trois fois de la poussière.

*

——————————————————————————————-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :